History

Les Maîtres d’Art et leurs Elèves, des métiers d’exception

Etienne Vatelot - Président d’honneur de l’Assocation des Maîtres d’Art

Les Maîtres d’Art de France, à l’instar des Trésors vivants du Japon, sont porteurs d’une culture vivante et harmonieuse, qu’on appelle parfois le patrimoine immatériel, qu’ils s’ingénient à parfaire et à transmettre en l’enrichissant sans cesse. L’esprit toujours en éveil, confronté aux exigences de la matière et de l’art.
 

Les métiers d’art sont un des laboratoires du futur. Dans leurs ateliers les quelques trente mille artisans d’art français s’ingénient à restaurer, reproduire, réparer et créer les objets d’art.

Les restaurations des tableaux du Louvre ou du dôme des Invalides, les statues du Jardin des Tuileries ou les broderies des collections de haute couture et vitraux de la cathédrale de Chartres…
Le travail des Maîtres d’Art est partout dans notre vie quotidienne.

Les œuvres des Maîtres d’Art sont quelquefois anonymes ; ceux-ci s’effacent souvent derrière l’artiste et pourtant, sans eux, rien de ce qui charme notre regard ne serait possible. C’est pour mettre en lumière le talent des artisans de l’art que le titre de Maître d’Art a été créé ; c’est également pour rappeler que les éléments et signes de notre culture, musée, monuments, musique, livre, théâtre, sont aussi les résultats de savoir-faire exceptionnels. Chaque œuvre, qu’elle soit liée à la restauration du patrimoine où a la création contemporaine est souvent unique ; elle mobilise une incomparable compétence technique alliée à une capacité d’intervention sans cesse sollicitée. Les Maîtres d’Art, à l’instar des Trésors Nationaux Vivants du Japon, sont porteurs d’une culture vivante et harmonieuse, qu’on appelle parfois le patrimoine immatériel, qu’ils s’ingénient à parfaire et à transmettre en l’enrichissant sans cesse.

Quoi de plus naturel que de voir tant de jeunes attirés par cette formule originale et équilibrée de mode de vie : exercer un métier passionnant dans un cadre convivial, maintenant l’esprit toujours en éveil et confronté aux exigences de la matière et de l’art ?

Malgré la fragilité de ces métiers et la dureté des temps, les Maîtres d’Art montrent le chemin de l’avenir.

L’Association des Maîtres d'Art - Préface

Frédéric MITTERAND - ministère de la Culture et de la Communication

« Maître d'art » : le ministère de la Culture et de la Communication décerne ce titre magnifique à vie, à la fois pour honorer des professionnels dépositaires d’un savoir-faire unique, mais aussi pour les encourager à former les compagnons et artisans d’art du XXIe siècle. Ce sont aujourd'hui quatre-vingt artisans d'excellence qui transmettent leurs connaissances, leurs techniques et surtout leur passion à une nouvelle génération. Ils permettent ainsi à cette intelligence de la main de se peerpétuer et de se renouveler, et à une véritable école hors les murs de s’épanouir.

Les Maîtres d'art enrichissent de leur pratique et de leurs regards tous les champs de la vie artistique, des arts plastiques au patrimoine monumental, en passant par le livre, le théâtre, l’opéra ou la facture instrumentale. Nombre de leurs réalisations sont ainsi le fruit de collaborations avec les plus grands artistes contemporains, plasticiens, designers, créateurs de mode, ou personnalités du monde du spectacle, avec lesquels ils ne cessent de dialoguer.

Ces affinités électives sont illustrées par de magnifiques rencontres et cristallisées dans des œuvres d’une richesse exceptionnelle. Je pense aux vitraux de Pierre Soulages à la basilique de Conques, réalisés par le peintre verrier Jean-Dominique Fleury. Je pense aux livres d'artistes confectionnés par le sérigraphe Alain Buyse à partir d’œuvres de Niki de Saint Phalle, François Bouillon et Paul-Armand Gette, ou encore aux clavecins de Reinhard von Nagel décorés par Marc Chagall, Olivier Debré, Pierre Alechinsky et Jiri Kolar. Je pense aussi à la création joaillère de Christian Adrien pour la Maison Cartier, aux costumes de scène réalisés par Danièle Boutard à l’intention de Patrice Chéreau, de Jean-Paul Rappeneau et de Christian Lacroix, ou encore aux masques d'Erhard Stiefel destinés aux scènes de théâtre et d'opéra. Toutes ces créations, parmi tant d’autres, manifestent de façon éclatante l’incomparable présence des Maîtres d'art dans la vie artistique contemporaine, et leur capacité d’ouverture et de réinvention.

Une étroite collaboration institutionnelle est bien évidemment indispensable entre l’Association des Maîtres d’art et le ministère de la Culture et de la Communication, tant pour assurer la promotion et la valorisation de ces métiers, que pour réfléchir en commun aux aides dont ont besoin ceux qui les exercent, en particulier pour développer leurs ateliers et contribuer à l’installation de leurs élèves. C’est dans cet esprit que nous avons créé, en avril 2010, l’Institut national des métiers d’art (INMA), en partenariat avec le ministère chargé de l’Artisanat. Car c’est au croisement de nos deux ministères et de leurs logiques complémentaires que se situent ces métiers.

Artisans exemplaires et porteurs de valeurs fondamentales, les Maîtres d'art constituent un inestimable patrimoine immatériel et humain. Ils forment un lien essentiel entre notre présent, notre mémoire intime et collective, et les nouveaux horizons qui s’ouvrent à nous. C’est pourquoi je tiens à leur accorder mon attention la plus vigilante et le plein soutien de mon ministère.

The intelligence of the hand

Renaud Donnedieu de Vabres Minister of culture and communication

We have come a long way since 1994, when the first Masters of Art were nominated by the Minister of Culture, along the same principles as the National Living Treasures of Japan! Indeed, our Masters of Art are our National Living Treasures, whose value and rarity rests in their own hands, those hands which hold a know-how of excellence, an exceptional skill and, using the appealing term used by Liliane Bettencourt, who is striving for the advancement of the Masters of Art, an extraordinary "intelligence". In the same way as the National Treasures of Japan, our Masters of Art have been invested with a mission: to ensure that this invaluable legacy is passed on, that their techniques are renewed and forever reinvented.

I am very watchful to preserving these exceptional crafts, which carry aloft, throughout the world, the beauty, the quality and the excellence which have established, and continue to establish, the prestige of French art and "savoir-vivre". I believe in their priceless and fundamental value, because I believe deeply in the love of work well done, in patience, in what is exceptional and unique, within a century where everything tends toward uniformity and zapping, in a world which favors that which is disposable and industrially produced. In this sense, you have an enormous responsibility, that of passing on a taste for that which is rare and for the effort required to obtain it, the love of the movement of the hand and the great amount of time needed for true creation. As Georges Duby said, what is art but a "[...] skill in implementing practices through which man ensures his grip on the world"? And what is a master, but he who opens our eyes on this world and teaches this skill?

Indeed, art crafts are one of our greatest riches, and it is our responsibility to pass them on, to preserve them, and to put the spotlight on these masters who are true creators and whose works shine in France and abroad. We must support all the professionals who accept challenges in their companies, who take an interest in research, who experiment with new materials or new technologies in order to find innovative applications.

This is why I am very pleased that four shop foremen from luxury companies, which are members of the Comité Colbert, an association whose 70 members are prestigious French companies, have been designated. I wish to warmly hail the commitment of those who forge the reputation of these top luxury houses.

The luxury companies are true ambassadors for all the masters of art that constitute a prestigious "association", but which must move out of the shadows. These companies are also in the heart of the city, and are concerned with training young talents in order to perpetrate their techniques, and to provide a living for their exceptional workshops.

I call upon you, also, to pursue your quest for beauty, knowing that it will no be acquired for ever, but that it is a wager on the future, especially for your crafts.

To all, I wish to reaffirm our gratitude and our admiration, and to reassert that France can well be proud of your talents.

Exceptional talents

Jean-Jacques Aillagon Minister of culture and communication

Their unique talents combine tradition and creation, love for matter and the virtuosity of the gesture, the intelligence of the eye and the hand.

An exceptional know-how

Catherine Tasca Minister of culture and communication

The purpose of nominating Masters of Art is to ensure the conservation, valuation and transmission of the know-how of excellence that are essential to preserve the heritage as well as to ensure contemporary creation.

Indeed, the title of Master of Art is a testimony to an exceptional mastery of technique and to the transmission of this knowledge to others.

Valorisation du Savoir-faire

Jacques TOUBON Ministre de la Culture

Pour valoriser les professionnels des métiers d’art détenteurs d’un savoir-faire rare et pour préserver les techniques d’excellence est créé le titre de "Maître d’art", décerné à vie, par arrêté ministériel du 16 mars 1994 - modifié le 3 octobre 1994.